Alis
 
Le courrier d'Alis
 
Art et culture
Accueil > Poêmes  
 

Dans le courrier d'ALIS

Epatante hépatite

« Mon foie, connais pas », disait la publicité
Tandis que l’alcoolique remplissait de jajar
Ce noble organe toujours trop sollicité,
Et que l’insouciance régnait dans les lupanars.

L’infirmière surbookée payait cher son tribut ;
Puis le sida sonna le glas des pratiques d’autrefois :
Instructions, précautions mirent fin aux abus,
Virus ou pas, le calme revint dans le foie.

C’est alors qu’on vit surgir, seringue à la main,
Le chevalier à qui les experts avaient dit :
« Ouste, vas-y, les français sont des veaux, des gamins,
T’as qu’à lancer la campagne, on n’attend que ça, pardi ! ».

Les trompettes retentirent dans les bahuts : « A l’assaut ! » ;
Même topo dans les hôpitaux, hardi petit,
On piqua partout, même les bébés au berceau.
Dans les labos, bien sûr, grandissait l’appétit.

Maladie providentielle, vaccin novateur,
L’occasion était belle pour un grand racket.
Les bons apôtres se firent vociférateurs
Et la folle farandole gagna la planète.

Quand vint le désastre, on vit du monde au balcon,
Tous les acteurs, dans leur superbe, gardèrent leur masque
Et se pavanèrent, toujours en discours féconds,
Menteurs, tricheurs et impassibles dans la bourrasque.

« Peut-être que le vaccin… dans ma sclérose en plaques … »
« Non, non, il ne se passe rien, vous affabulez » ;
« C’est dans votre tête, Madame, prenez du Prozac ! » ;
« Mais que me chantez-vous là, allez, du balai ! »

Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient atteints,
Meurtris dans leur chair, leur âme, leur cœur, leur vie ;
Désarticulés, devenus de tristes pantins
Tout en eux montrait l’ampleur de la tragédie.

« De quoi parlez-vous ? N’a-t-on pas le consensus ?
Vaccinations nous maintenons, qu’on obéisse ;
Des victimes ?  Foutaise ! ! » Disaient-ils dans un rictus,
« Vaccinés, protégés, où est le préjudice ? »

Amis démolis, estropiés, abandonnés,
Répondez à ces fossoyeurs sans vergogne
Que bientôt leur tour viendra pour le gibet,
Qu’ils ne pourront plus exécuter leur sale besogne.

Vos forces rassemblées, unis dans la souffrance,
Vous clamerez, par des œuvres authentiques,
Votre vérité, votre droit, votre innocence,
Obligeant l’Etat à changer sa politique.

Françoise JOËT

N° 86 : Farandole
Françoise Joët
N° 85 : Vacuité
Françoise Joët
N° 82 : Sous de bons auspices
Françoise Joët
N° 79 : Paroles d'experts
Françoise Joët
N° 76 : 14 morts sans importance
Françoise Joët
N° 74 : Bourrasque
Françoise Joët
N° 73 : Confession
Françoise Joët
N° 72 : N'entrez pas dans la danse
Françoise Joët
N° 70 : Exécution
Françoise Joët
N° 69 : Que la montagne est belle
Françoise Joët
N° 68 : Yesterday
Françoise Joët
N° 65 : Eros et Thanatos
Françoise Joët
N° 64 : Berceuse
Françoise Joët
N° 63 : Bienvenue en Vénétie
Françoise Joët
N° 62 : Gardasil, le peril
Françoise Joët
N° 61 : Saynète drolatique
Françoise Joët
N° 59 : Epatante hépatite
Françoise Joët
N° 58 : Plénitude
Françoise Joët
N° 56 : Symbole
Françoise Joët
N° 55 : Savane amère
Françoise Joët
N° 53 : Apothéose
Françoise Joët
N° 52 : confiance
Françoise Joët
N° 51 : Un porc d'attache
Françoise Joët
N° 49 : De l'homéostasie
Françoise Joët
N° 48 : Le dit du vaccin
Françoise Joët
N° 46 : Dans la jungle, la terrible jungle...
Françoise Joët
N° 45 : Frisson ardent
Françoise Joët
N° 43 : Désobéissance
Françoise Joët
N° 40 : Comptine à effets mémoire
Françoise Joët
N° 36 : 2001, odyssée du vaccin
Bernard Guennebaud

Haut de page

 

 

 
Liens
S'abonner au flux
Ajouter aux favoris
Recommander
 
Agenda (les RDV d'ALIS)
 
Signatures
 
 
Clause de conscience
 
Petition Hépatite B
 
 
 
Visiteurs : 388411
Aujourd'hui : 72
Connectés : 3

 

© ALIS - Août 2006 - Tous droits réservés.| Mentions légales