Edito N° 63 (Décembre 2008 - janvier - février 2009)
Imprimer
 

Un vent nouveau se lève...

Depuis la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'Union soviétique, un vent de capitalisme ultralibéral s'était mis à souffler, de plus en plus fort, sur la planète entière . On nous répétait, à l'envi, que seule l'économie de marché, devenue mondialisée, pouvait créer des richesses et gérer le monde. La dérégulation généralisée, prônée par les Américains, plaçait le pouvoir économique et la finance internationale devant le pouvoir politique, amenuisant le rôle de l'Etat et permettant ainsi tous les excès, toutes les dérives . Cette confiance exagérée dans la loi du marché et la spéculation ont conduit à la crise financière, qui a débuté aux USA et qui a envahi toutes les places boursières du monde riche.
Alors, changement de stratégie !..
Voilà que l'Administration américaine, et donc l'Etat fédéral, vole au secours de ses grandes banques privées, et bientôt de ses constructeurs d'automobiles ; il en est de même, en Europe, où les Etats acceptent, à coup de milliards d'euros, de recapitaliser les banques. D'aucuns crient au scandale !.. On peut aussi porter sur cette situation nouvelle un regard positif et considérer qu'il s'agit d'un retour manifeste de l'Etat et donc du politique. C'est le retour de l'arbitrage, espérons-le durable, des élus du peuple et donc le renouveau d'une vie démocratique que nous n'aurions jamais dû abandonner.
A toute chose, malheur est bon ; et même si la crise économique, qui va faire suite à la crise financière, sera douloureuse pour beaucoup d'entre nous, nous avons des raisons d'espérer, d'autant plus avec l'arrivée à la Maison blanche d'un président nouveau, qu'elle sera la transition vers un monde sensiblement différent.
Car un vent nouveau se lève !.... Finie l'hégémonie d'une superpuissance unique qui impose unilatéralement ses valeurs, sa langue et sa culture ; place à un monde nouveau, multipolaire, dans lequel les pouvoirs et les richesses seront plus équitablement partagés ; dans lequel de nouvelles lois, planétaires, empêcheront la voyoucratie financière et replaceront l'économie au service de l'Homme ; dans lequel le respect du vivant, et donc de l'humain, sera redevenu essentiel.

Sans sombrer dans un optimisme béat, gardons confiance dans l'avenir ; restons des citoyens créatifs, responsables et déterminés à défendre nos idées ; ayons conscience de participer au changement qui s'annonce pour l'infléchir vers plus d'humanisme et de liberté.


JOËL LAJUS

 

ALIS - Association Liberté Information Santé 19, rue de l'Argentière 63200 RIOM
Tél. : 04 73 63 02 21 (même numéro pour le fax)
- Internet : www.alis-france.com