Edito N° 42 (Novembre 2003)
Imprimer
 

Que sont nos enfants devenus....

" La jeunesse n'a jamais été aussi mal traitée qu'aujourd'hui et non seulement dans ces pays lointains sur le dénuement desquels on s'apitoie, mais ici même dans les métropoles de l'abondance (1)". Cette phrase pourra choquer, rien de plus vrai que "ce continent noir de l'enfance" selon les termes de Jean Baudrillaud

Les enfants aujourd'hui, privés de tous les moyens de devenir adultes tant sur le plan physique que mental. Et il ne suffit pas d'accuser la réalité virtuelle dans laquelle on les a plongés et dont ils ne peuvent sortir que par le délire ou la brutalité. Il y a plus grave : les atteintes neurologiques imposées. La stimulation excessive du système immunitaire par les vaccinations systématiques engendre des désordres dont nous sommes loin de supçonner les ravages.

En empéchant que s'épanouisse chez le jeune enfant, l'aptitude à se défendre naturellement, grâce à l'action conjuguée du système nerveux, immunitaire et hormonal, on laisse s'installerdes pathologies qui ont des répercussions majeures dans notre société. Le plus spectaculaire est l'enfant hyperactif, montrant une agitation permanente et inéfficace, une activité décousue et désordonnée. "Ces enfants souffrent aussi d'une grande fragilité émotionnelle, d'une implusivitée, d'une incapacité à différer un plaisir, d'une indifférence aux consignes, d'un défautde contôle".(3) Or ces manifestations n'ont rien à voir avec le jaillissement de la créativité enfantine. Bien au contraire : le désir, la sensibilité, l'imagination necessaires au murissement vers l'état adulte, sont ici mutilés, assassinés; plus d'éveil intellectuel, plus de développement psychomoteur normal. Dans le discours de ces enfants, on note souvent " une angoisse secondaire à la peur de l'acte médical avec une piqure à la clé" (4). Tiens...Ces enfants luttent contre une souffrance interne qu'ils ne peuvent exprimer. Pour comble, la seule réponse des thérapêutes à ce drame, est le "sur-dopage" chimique par les "amphétamines-likes", telle la rétailine.

Certes pour bon nombre d'enfants, les carences éducativessont patentes, mais pas toujours, et les parents excédés, s'épuisent; les relations familiales se disloquent; tout est pertubé. Sans oublierque les parents eux-mêmes sont aujourd'hui,des multivaccinés enclin aux mêmes angoisses. Une dégradation en faît naître une autre, en cascade. Les hommes plongés dans ce chaos en sont-ils conscients? Tellement habitués à ne pas réagir et à tout accepter, nous subissons. Quand remontrons nous à la source de nos maux pour y mettre un terme? Aurons nous la volonté de briser les chaînes qui enferment nos enfants dans la désespérance? Le goût et le plaisir de vivre ensemble jouissant pleinement de nos capacités, sont-ils bannis désormais de nos societés?

1 - "L'abîme se repeuple ", Jaime SEMPRUN, Ed. l'encyclopedie des nuisances, 1997
2 - Libération du 16/10/1995
3 - "Un médicament pour les enfants hyperactifs, suscite une contreverse" Le Monde 15/09/1995
4 - "L'enfant turbulent", la revue du Praticien, Tome 7, n°211, 29/03/1993.

Françoise Joët

 

ALIS - Association Liberté Information Santé 19, rue de l'Argentière 63200 RIOM
Tél. : 04 73 63 02 21 (même numéro pour le fax)
- Internet : www.alis-france.com